La COVID-19 serait associée au dysfonctionnement cognitif à long terme et à l’accélération des symptômes de la maladie d’Alzheimer

DENVER, 29 juillet 2021 /PRNewswire/ — Nous avons beaucoup appris sur le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le nouveau coronavirus, depuis le début de la pandémie de la COVID-19. Cependant, des questions demeurent quant à l’impact à long terme du virus sur notre corps et notre cerveau. Une nouvelle recherche publiée à l’occasion de la Conférence internationale de l’Association Alzheimer® (AAIC®) 2021, tenue virtuellement à Denver, au Colorado, a révélé des liens existants entre la COVID-19 et des déficits cognitifs persistants, y compris l’accélération de la pathologie et des symptômes de la maladie d’Alzheimer.

En plus des symptômes respiratoires et gastro-intestinaux qui accompagnent la COVID-19, de nombreuses personnes atteintes du virus présentent des symptômes neuropsychiatriques à court et à long terme, y compris une perte de l’odorat et du goût, ainsi que des déficits cognitifs et d’attention, connus sous le nom de « brouillard cérébral ». Pour certains, ces symptômes neurologiques persistent, et les chercheurs s’efforcent de comprendre les mécanismes à l’origine de ce dysfonctionnement cérébral et leur incidence sur le fonctionnement de l’activité cognitive à long terme.

Des chefs de file scientifiques, dont l’Association Alzheimer et des représentants de près de 40 pays – bénéficiant des conseils techniques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – forment un consortium international multidisciplinaire chargé de recueillir les données et d’évaluer les conséquences à long terme de la COVID-19 sur le système nerveux central, ainsi que les différences observées entre les pays. Les premiers résultats de ce consortium présentés à l’AAIC 2021 par la Grèce et l’Argentine suggèrent que les adultes âgés souffrent fréquemment d’une déficience cognitive persistante, y compris d’une perte persistante de l’odorat, après leur rétablissement à une infection au SRAS-CoV-2.

Les autres résultats clés présentés à l’AAIC 2021 comprennent les suivants :

  • Les marqueurs biologiques des lésions cérébrales, de la neuroinflammation et de la maladie d’Alzheimer sont étroitement liés à la présence de symptômes neurologiques retrouvés chez les patients atteints de COVID-19.
  • Les personnes souffrant d’un déclin cognitif à la suite d’une infection à la COVID-19 étaient plus susceptibles d’avoir une faible concentration d’oxygène dans le sang après un bref effort physique et présentaient globalement une mauvaise condition physique.

« Ces nouvelles données indiquent des tendances troublantes montrant que les infections à la COVID-19 entraînent une déficience cognitive durable et même des symptômes de la maladie d’Alzheimer », a déclaré Heather M. Snyder, PhD, vice-présidente des relations médicales et scientifiques de l’Association Alzheimer. « Avec plus de 190 millions de cas et causant près de 4 millions de décès dans le monde, la COVID-19 a eu des conséquences désastreuses dans le monde entier. Il est impératif que nous continuions d’étudier les effets de ce virus sur notre corps et notre cerveau. L’Association Alzheimer et ses partenaires montrent la voie, mais d’autres recherches s’imposent. »

Il existe une corrélation entre la déficience cognitive et la perte persistante de l’odorat chez les patients atteints de la COVID-19

Gabriel de Erausquin, MD, PhD, MSc, de l’école de médecine Long School of Medicine du Centre des sciences de la santé de l’Université du Texas à San Antonio, ainsi que ses collègues du consortium mondial sur le SARS-CoV-2 dirigé par l’Association Alzheimer, ont étudié la cognition et les sens olfactifs auprès d’une cohorte de près de 300 Amérindiens âgés atteints de COVID-19, en Argentine.

Les participants ont été suivis durant trois à six mois après avoir été atteints de COVID-19. Plus de la moitié présentaient des problèmes de mémoire persistants, et environ un sur quatre avait des problèmes supplémentaires de cognition, y compris sur le plan du langage et du dysfonctionnement exécutif. Ces difficultés ont été associées à des problèmes persistants de l’odorat, mais non à la gravité de l’infection originale à la COVID-19.

« Nous commençons à percevoir clairement des liens existants entre la COVID-19 et les problèmes cognitifs des mois après l’infection, a déclaré le docteur Erausquin. Nous devons impérativement continuer d’étudier cette population et d’autres populations dans le monde pendant une plus longue période afin de mieux comprendre les répercussions neurologiques à long terme de la COVID-19. »

L’infection à la COVID-19 associée à une hausse des marqueurs biologiques de la maladie d’Alzheimer dans le sang

Certains marqueurs biologiques retrouvés dans le sang – y compris la protéine tau totale (t-tau), les neurofilaments à chaîne légère (NfL), la protéine acide fibrillaire gliale (GFAP), l’Ubiquitine hydrolase carboxy-terminale L1(UCH-L1) et les types de bêta amyloïde (Aβ40, Aβ42) et de protéine tau phosphorylé (pTau 181) – sont des indicateurs de lésion cérébrale, de neuroinflammation et de la maladie d’Alzheimer.

Pour étudier la présence de ces biomarqueurs sanguins, la neurodégénérescence et la neuroinflammation chez les patients plus âgés hospitalisés atteints de COVID-19, Thomas Wisniewski, MD, professeur de neurologie, de pathologie et de psychiatrie à la Faculté de médecine Grossman de l’Université de New York, et ses collègues ont prélevé des échantillons de plasma de 310 patients infectés par la COVID-19 et admis au centre Langone Health de l’Université de New York. Parmi les patients, 158 étaient positifs pour le SRAS-CoV-2 et présentaient des symptômes de troubles neurologiques alors que 152 étaient positifs pour le SRAS-CoV-2 sans présenter de symptômes de troubles neurologiques. Le symptôme de trouble neurologique le plus courant était la confusion causée par l’encéphalopathie métabolique et toxique.

Chez les patients qui étaient initialement normaux sur le plan cognitif avec et sans encéphalopathie métabolique et toxique liée à l’infection à la COVID-19, les chercheurs ont trouvé des niveaux plus élevés de t-tau, de NfL, de GFAP, de pTau 181 et de UCH-L1 chez les patients atteints de COVID-19 avec l’encéphalopathie métabolique et toxique que chez les patients atteints de COVID-19 sans encéphalopathie métabolique et toxique. Il n’y avait pas de différences importantes avec le bêta amyloïde Aβ1-40, mais le rapport pTau/Aβ42 montrait des différences significatives chez les patients atteints d’encéphalopathie métabolique et toxique. De plus, la protéine tau, le NfL, l’UCHL1 et la GFAP étaient fortement corrélés avec des marqueurs d’inflammation tels que le peptide C réactif, ce qui peut suggérer une perturbation de la barrière hématoencéphalique liée à l’inflammation qui accompagne une lésion neuronale/gliale.

« Ces résultats suggèrent que les patients atteints de la COVID-19 peuvent présenter une accélération des symptômes et de la pathologie liés à la maladie d’Alzheimer, a déclaré M. Wisniewski. Cependant, des recherches plus longitudinales sont nécessaires pour étudier l’incidence à long terme de ces biomarqueurs sur la cognition chez les personnes qui ont eu la COVID-19. »

Les personnes qui se sont rétablies de la COVID-19 et qui présentent un déclin cognitif sont plus susceptibles d’avoir une mauvaise condition physique et une faible saturation en oxygène

George Vavougios, MD, PhD, chercheur postdoctoral pour l’Université de Thessaly (UTH), et ses collaborateurs ont étudié les troubles cognitifs et les mesures de santé connexes chez 32 patients hospitalisés antérieurement qui avaient été infectés par la COVID-19 de façon légère à modérée deux mois après être sortis de l’hôpital. Parmi eux, 56,2 % présentaient un déclin cognitif. Les troubles de la mémoire à court terme et les troubles multidomaines sans déficits de la mémoire à court terme étaient les principaux types de troubles cognitifs.

Les pires résultats aux tests cognitifs étaient corrélés avec l’âge, le tour de taille et le rapport taille-hanche. Après un ajustement fait en fonction de l’âge et du sexe, un lien indépendant a été établi entre des résultats de mémoire et de réflexion plus faibles et des niveaux plus faibles de saturation en oxygène au cours du test de marche de six minutes. Ce test est couramment utilisé pour évaluer la capacité fonctionnelle des personnes atteintes d’une maladie cardiopulmonaire.

« Un cerveau dépourvu d’oxygène n’est pas sain, et une privation persistante peut très bien contribuer aux difficultés cognitives, a déclaré le docteur Vavougios. Ces données suggèrent certains mécanismes biologiques communs entre l’étendue du trouble cognitif causé par la COVID-19 et la fatigue post-COVID-19 qui ont été rapportés de façon anecdotique au cours des derniers mois. »

Cette cohorte fait également partie du consortium mondial sur le SARS-CoV-2.

À propos de la conférence internationale de l’Association Alzheimer (AAIC)

La conférence internationale de l’Alzheimer’s Association (AAIC) est le plus grand rassemblement international de chercheurs du monde entier qui se concentrent sur la maladie d’Alzheimer et les autres formes de démence. Dans le cadre du programme de recherche de l’Association Alzheimer, l’AAIC sert de catalyseur pour générer de nouvelles connaissances sur la démence et favoriser une communauté de recherche collégiale et vitale.
Page d’accueil de l’AAIC 2021 :www.alz.org/aaic/
Salle de presse de l’AAIC 2021 : www.alz.org/aaic/pressroom.asp
Hashtag AAIC 2021 : #AAIC21

À propos de l’Association Alzheimer

L’Association Alzheimer ouvre la voie pour un traitement de l’Alzheimer et de toutes les autres formes de démence, en accélérant la recherche mondiale, en favorisant la réduction des risques et la détection précoce, et en maximisant la qualité des soins et du soutien. Notre vision est un monde sans Alzheimer et sans toutes les autres formes de démence. Visitez le site alz.org ou appelez la ligne d’assistance au 800.272.3900, 24 h sur 24, 7 jours sur 7.

  • Gabriel de Erausquin, MD, Ph.D, MSc, et al. Olfactory dysfunction and chronic cognitive impairment following SARS-CoV-2 infection in a sample of older adults from the Andes mountains of Argentina. [Bailleur(s) de fonds : Association Alzheimer; Fundación de Lucha contra los Trastornos Neurológicos y Psiquiátricos en Minorías (FULTRA); Zachry Foundation Distinguished Chair of Alzheimer’s Clinical Care and Research; Greehey Family Foundation Distinguished University Chair of Alzheimer’s Research)]
  • Thomas Wisniewski, PhD, et al. Plasma Biomarkers of Neurodegeneration and Neuroinflammation in Hospitalized COVID-19 Patients with and without New Neurological Symptoms (Bailleurs de fonds : National Institutes of Health/National Institute on Aging)
  • George Vavougios, MD, PhD, et al. Investigating the prevalence of cognitive impairment in mild and moderate COVID-19 patients two months post-discharge: associations with physical fitness and respiratory function. [Bailleur(s) de fonds : Bourse d’étude 2020 des fonds européens structurels d’investissement (FESI)

Logo – https://mma.prnewswire.com/media/1579813/Alzheimers_Association_International_Conference_2021_Logo.jpg

SOURCE Alzheimer’s Association

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *