Résultats De La Banque Hsbc Canada Pour Le Deuxième Trimestre De 2021

VANCOUVER, Colombie-Britannique–()–Banque HSBC Canada:

Linda Seymour, présidente et chef de la direction de la Banque HSBC Canada, a fait la déclaration suivante :

« Ce trimestre, nos résultats surpassent tous ceux enregistrés depuis le troisième trimestre de 2018, les perspectives économiques s’étant améliorées et la résilience de nos clients ayant permis une hausse du bénéfice de nos trois secteurs d’activité. L’intensification des activités de notre clientèle signale encore que les particuliers et les entreprises que nous servons préparent leur avenir post-pandémique. Ainsi, les fonds d’investissement sous gestion et les prêts garantis par des biens immobiliers de Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers ont fortement augmenté et la croissance des prêts et des dépôts des Services aux entreprises s’est accélérée.

Il est évident que nos clients cherchent à reconstruire de manière plus durable, et plusieurs d’entre eux souhaitent que nous les accompagnions sur la voie de la transition. Comme nous l’avons fait dans les 40 dernières années, nous sommes là pour les aider, leur proposant une gamme croissante de services numériques, des produits de financement écologiques et durables ainsi que les ressources internationales dont ils ont besoin. »

Aperçu1

  • Le total du résultat d’exploitation de 547 M$ pour le trimestre et de 1 076 M$ pour le semestre signale des hausses respectives de 45 M$, ou 9,0 %, et de 28 M$, ou 2,7 %, sur un an. Les produits d’intérêts nets du trimestre et du semestre ont augmenté à la faveur de l’accroissement des marges d’intérêts nettes. Pour le trimestre, les produits de commissions nets ont monté en raison de la hausse des fonds d’investissement sous gestion de Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers et de l’augmentation des commissions tirées des facilités de crédit, les volumes des acceptations bancaires des Services aux entreprises s’étant accrus. Pour le semestre, à ces facteurs se sont ajoutées une augmentation des commissions générées par les services-conseils des Services bancaires internationaux et marchés et l’intensification des activités de courtage en ligne de Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers. Dans le trimestre et le semestre, ces hausses ont été annulées en partie par le recul des produits de négociation et des autres produits d’exploitation étant donné qu’un an plus tôt, un profit lié à l’extinction de la dette associée aux débentures subordonnées qui avaient été rachetées avait été constaté, et par la diminution des profits réalisés à la cession de placements financiers.
  • Pour le trimestre et le semestre, la variation des pertes de crédit attendues a consisté en des reprises de 40 M$ et de 56 M$, respectivement, les variables macroéconomiques prospectives à l’égard des prêts productifs s’étant améliorées. De plus, la reprise enregistrée pour le semestre a été atténuée par une charge liée à un prêt non productif dans le secteur de l’énergie. Les charges de 190 M$ et de 330 M$ pour les mêmes trimestre et semestre de l’exercice précédent, respectivement, reflétaient l’incidence d’une forte détérioration des données économiques prospectives concernant les prêts productifs à cause de la pandémie ainsi que des pertes de valeur liées aux prêts non productifs par suite du recul des prix du pétrole.
  • Le total des charges d’exploitation a augmenté de 24 M$, ou 7,9 %, pour le trimestre et de 10 M$, ou 1,6 %, pour le semestre, car nous avons procédé à des investissements stratégiques afin de faire croître nos secteurs d’activité et d’instaurer un modèle de travail hybride, tout en gérant nos coûts avec prudence.
  • En conséquence, le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat a atteint 259 M$ pour le trimestre, ayant bondi de 251 M$, ou 3 138 %, et il s’est chiffré à 491 M$ pour le semestre, ce qui rend compte d’une progression de 404 M$, ou 464 %.

Principales mesures financières au 30 juin 2021 :

  • Total de l’actif : 114,1 G$ (117,3 G$ au 31 décembre 2020)
  • Ratio des capitaux propres ordinaires de catégorie 1 : 14,0 % (13,7 % au 31 décembre 2020)
  • Ratio du capital de catégorie 1 : 16,8 % (16,4 % au 31 décembre 2020)
  • Ratio du capital total2 : 19,4 % (19,0 % au 31 décembre 2020)
  • Rendement des capitaux propres moyens attribuables à l’actionnaire ordinaire2, 3 : 11,9 % (1,7 % au 30 juin 2020)

Les abréviations « M$ » et « G$ » signifient millions et milliards de dollars canadiens, respectivement.

  1. Comparaison du trimestre et du semestre clos le 30 juin 2021 et des périodes correspondantes de l’exercice précédent (sauf indication contraire).
  2. Pour évaluer sa performance, la banque utilise, entre autres, des mesures financières dérivées des résultats qu’elle publie. Or, ces mesures ne sont ni présentées dans les états financiers consolidés ni définies aux termes des Normes internationales d’information financière (« IFRS »). Elles sont considérées comme non conformes aux principes comptables généralement reconnus (« PCGR »); il est donc improbable qu’elles soient comparables à des mesures semblables présentées par d’autres entreprises. Pour plus d’informations au sujet des mesures non conformes aux PCGR, il y a lieu de se reporter à la rubrique « Utilisation de mesures financières non conformes aux PCGR » du rapport de gestion qui est joint aux états financiers consolidés résumés intermédiaires non audités du trimestre clos le 30 juin 2021.
  3. Comparaison du semestre clos le 30 juin 2021 et de la période correspondante de l’exercice précédent.

Analyse des résultats financiers consolidés du deuxième trimestre clos le 30 juin 20211

Les produits d’intérêts nets se sont chiffrés à 306 M$ pour le trimestre, ayant augmenté de 57 M$, ou 23 %, en regard du trimestre correspondant de l’exercice précédent, ce qui a découlé de l’amélioration des marges qu’ont permise la réduction des volumes des passifs portant intérêt et des changements dans la composition des actifs, les placements financiers ayant diminué au profit des prêts à des clients. Les produits d’intérêts nets se sont établis à 588 M$, pour le semestre, en hausse de 21 M$, ou 3,7 %. Cette hausse provient des facteurs énoncés ci-dessus, ce qui a été contrebalancé en partie par la compression des marges au premier trimestre en regard de celles dégagées un an plus tôt, compressions causées par les réductions de taux par les banques centrales en 2020.

Les produits de commissions nets du trimestre se sont chiffrés à 196 M$, ce qui représente une amélioration de 18 M$, ou 10 %, sur un an, laquelle a découlé surtout de la hausse des fonds d’investissement sous gestion de Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers et de l’augmentation des commissions tirées des facilités de crédit, les volumes des acceptations bancaires des Services aux entreprises s’étant accrus. Les produits de commissions générés par l’intensification des activités au chapitre des cartes de Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers et des Services aux entreprises ont également augmenté. Ces facteurs ont été annulés en partie par une hausse des charges de commissions connexes qu’ont entraînée des activités plus soutenues. Pour le semestre, les produits de commissions nets se sont situés à 392 M$, ayant monté de 36 M$, ou 10 %, ce qui a résulté surtout de l’amélioration des commissions tirées des facilités de crédit du fait de l’accroissement des volumes des acceptations bancaires des Services aux entreprises, de la hausse des commissions générées par les services-conseils des Services bancaires internationaux et marchés et de la progression des fonds d’investissement sous gestion et des activités de courtage en ligne de Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers. Les produits de commissions imputables à l’intensification des activités au chapitre des cartes de ce secteur et de celui des Services aux entreprises ont également augmenté. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par une hausse des charges de commissions connexes par suite d’activités accrues.

Les produits nets tirés des instruments financiers détenus à des fins de transaction du trimestre se sont chiffrés à 28 M$, ayant fléchi de 19 M$, ou 40 %, en regard des produits élevés qui avaient été constatés au deuxième trimestre de l’exercice précédent, ce qui a découlé du resserrement des écarts de crédit et de la moins forte volatilité des marchés. Le repli des produits d’intérêts nets sur les activités de négociation à cause du recul des taux d’intérêt a également accentué la diminution constatée dans le trimestre à l’étude. Ces baisses ont été atténuées par l’intensification des activités de négociation. Pour le semestre, les produits nets tirés des instruments financiers détenus à des fins de transaction ont totalisé 58 M$, ayant reculé de 15 M$, ou 21 %, ce qui a résulté de la diminution des produits d’intérêts nets à cause de la baisse des taux d’intérêt et d’un ralentissement des activités de négociation de la sous-division chargée des taux. Ces facteurs ont été neutralisés en partie par des hausses provenant essentiellement de la moins forte volatilité des marchés et de la contraction des écarts de crédit.

Les autres éléments de produits du trimestre se sont situés à 17 M$, s’étant affaiblis de 11 M$, ou 39 %, comparativement à ce qu’ils étaient dans les trois mêmes mois de 2020. Les autres éléments de produits du semestre ont été de 38 M$, en baisse de 14 M$, ou 27 %. Leur diminution a découlé du fait qu’un an plus tôt, un profit lié à l’extinction de la dette associée aux débentures subordonnées qui avaient été rachetées avait été enregistré ainsi que de la baisse des profits réalisés à la cession de placements financiers par suite du rééquilibrage du portefeuille d’actifs liquides de la banque.

La variation des pertes de crédit attendues pour le deuxième trimestre et le premier semestre de 2021 a consisté en des reprises de 40 M$ et de 56 M$, respectivement, alors que des charges de 190 M$ et 330 M$, respectivement, avaient été inscrites pour les mêmes périodes de 2020, les variables macroéconomiques prospectives à l’égard des prêts productifs s’étant améliorées. La reprise constatée pour le semestre a découlé de ce facteur, lequel a été neutralisé en partie par une charge liée à un prêt non productif dans le secteur de l’énergie. En 2020, les charges reflétaient des provisions élevées à l’égard de prêts productifs en raison des répercussions de la pandémie ainsi que des pertes de valeur liées à des prêts non productifs et résultant du fléchissement des prix du pétrole.

Le total des charges d’exploitation s’est établi à 328 M$ pour le trimestre, ayant monté de 24 M$, ou 7,9 %, sur un an. Pour le semestre, le total des charges d’exploitation s’est chiffré à 641 M$, ayant augmenté de 10 M$, ou 1,6 %. Les hausses enregistrées au trimestre et au semestre ont résulté surtout des coûts engagés en vue de l’adoption d’un modèle de travail hybride, de la perte de valeur de certains actifs logiciels et des investissements stratégiques que nous avons réalisés afin de faire croître nos secteurs d’activité, de simplifier nos processus et d’offrir les services numériques que nos clients demandent. Ces facteurs ont été compensés en partie par une diminution des coûts discrétionnaires en réaction au contexte économique prévalant alors.

En ce qui concerne la charge d’impôt sur le résultat, le taux d’imposition effectif du deuxième trimestre de 2021 a été de 26,8 %, ce qui dépasse le taux prévu par la loi, à savoir 26,5 %, et reflète l’augmentation des passifs d’impôt. Pour le deuxième trimestre de 2020, le taux d’imposition effectif avait été de 38,6 %, taux qui avait résulté essentiellement du fait que le bénéfice avant impôt avait été moins élevé en regard de la charge d’impôt.

  1. Comparaison du trimestre et du semestre clos le 30 juin 2021 et des périodes correspondantes de l’exercice précédent (sauf indication contraire).

Dividendes

Dividendes déclarés au deuxième trimestre de 2021

Au cours du deuxième trimestre de 2021, la banque a déclaré des dividendes trimestriels réguliers de 11 M$ sur toutes ses séries d’actions privilégiées de catégorie 1 en circulation pour le deuxième trimestre de 2021 ainsi qu’un premier dividende intermédiaire de 60 M$ sur ses actions ordinaires pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2021.

Dividendes déclarés au troisième trimestre de 2021

Le 27 juillet 2021, la banque a déclaré, pour le troisième trimestre de 2021, des dividendes trimestriels réguliers sur toutes ses séries d’actions privilégiées de catégorie 1 en circulation. Ces dividendes seront versés, conformément à leurs modalités et de la façon habituelle, le 30 septembre 2021 ou le premier jour ouvrable suivant, à l’actionnaire inscrit le 15 septembre 2021.

Le 27 juillet 2021, la banque a également déclaré, pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2021, un deuxième dividende intermédiaire de 100 M$ sur ses actions ordinaires, dividende qui sera versé au plus tard le 30 septembre 2021 à l’actionnaire inscrit le 27 juillet 2021.

Puisque les dividendes trimestriels sur les actions privilégiées pour le troisième trimestre de 2021 et le deuxième dividende intermédiaire sur les actions ordinaires pour 2021 ont été déclarés après le 30 juin 2021, leur montant n’a pas été inscrit au passif du bilan.

Résultats des secteurs d’activité pour le deuxième trimestre clos le 30 juin 20211

Services aux entreprises (« SE »)

Le total du résultat d’exploitation s’est dégagé à 254 M$ pour le deuxième trimestre de 2021, s’étant raffermi de 25 M$, ou 11 %, en regard de celui de la période correspondante de 2020. Pour le semestre, le total du résultat d’exploitation s’est établi à 493 M$, ce qui traduit un recul de 2 M$, ou 0,4 %. Les SE ont conservé leur élan en 2021, les prêts ayant augmenté de 1,7 G$ au premier semestre et les dépôts ayant encore enregistré une forte hausse. Les marges sur les prêts se sont améliorées sur un an et sont comparables à ce qu’elles étaient en 2019, avant la pandémie. Les produits autres que d’intérêts ont également progressé. Plus particulièrement, les produits tirés du change ont bénéficié d’une reprise au niveau des volumes des transactions. Cependant, les résultats semestriels ont été affaiblis par le repli, au premier trimestre, des marges sur les dépôts en regard de ce qu’elles étaient un an plus tôt, et ce, à cause des réductions de taux par les banques centrales en 2020.

Notre ambition est de demeurer le partenaire financier international de prédilection pour nos clients et de les aider à réaliser leurs projets de transition vers une économie carboneutre. Tirant parti de notre réseau international et grâce à des investissements continus dans nos principales plateformes du Service mondial de gestion des liquidités et de la trésorerie (« SMGLT ») et du Commerce international et financement des comptes clients (« CIFCC »), nous sommes parfaitement en mesure d’aider nos clients à combler leurs besoins en services bancaires au pays et à l’étranger. Nous continuons d’enrichir notre gamme d’instruments financiers écologiques et d’améliorer l’expérience numérique de notre clientèle tout en veillant à la sécurité de nos activités et au maintien de notre résilience, et nous sommes prêts à guider nos clients sur la voie de la reprise, au fil de la réouverture de l’économie.

Pour le deuxième trimestre de 2021, le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat s’est dégagé à 191 M$, ayant bondi de 205 M$ sur un an, et pour le semestre, il s’est amélioré de 309 M$, ou 936 %, pour atteindre 342 M$, ce qui a résulté surtout d’une forte baisse des pertes de crédit attendues, d’une augmentation des produits autres que d’intérêts et du recul des charges d’exploitation.

Services bancaires internationaux et marchés (« SBIM »)

Le total du résultat d’exploitation a été de 76 M$ pour le deuxième trimestre de 2021, s’étant affaibli de 25 M$, ou 25 %, en regard de celui de la même période de 2020. Pour le semestre, le total du résultat d’exploitation s’est chiffré à 157 M$, en baisse de 20 M$, ou 11 %. L’unité Services bancaires internationaux a enregistré de bons résultats au premier semestre, les commissions générées par les services-conseils et les produits tirés des prêts ayant augmenté étant donné que les marges sont demeurées supérieures à celles de la même période un an plus tôt, ce qui a été annulé par l’incidence que les réductions de taux ont eue sur les produits d’intérêts nets provenant des dépôts. Les produits de l’unité Marchés ont été inférieurs à ceux constatés un an auparavant, ce qui a découlé du recul des ventes et des volumes de négociation eu égard aux activités concernant les produits de change, les taux et le crédit. Ces facteurs ont été compensés en partie par des variations favorables de certains écarts de crédit, la reprise des marchés depuis l’éclosion de la COVID-19 s’étant poursuivie.

Les SBIM conservent leur stratégie qui est bien établie, à savoir offrir des solutions bancaires de gros sur mesure, tirant ainsi parti du vaste réseau de distribution de la HSBC pour offrir des produits et des solutions qui répondent aux besoins de nos clients internationaux.

Comme l’économie canadienne est toujours en voie de se relever de la pandémie, nos équipes des Services bancaires internationaux et marchés continuent de travailler en étroite collaboration avec nos clients afin de comprendre les défis uniques auxquels ils sont confrontés, les seconder dans leurs efforts pour renouer avec la croissance et dans leurs plans de transition vers une économie carboneutre.

Le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat du deuxième trimestre de 2021 s’est dégagé à 49 M$, ce qui signale une progression de 22 M$, ou 81 %, en regard d’un an plus tôt, et pour le semestre, il s’est chiffré à 107 M$, en hausse de 61 M$, ou 133 %, et ce, principalement grâce à la baisse de la charge au titre des pertes de crédit attendues sur les prêts productifs du fait de l’amélioration des données macroéconomiques prospectives, ainsi qu’à la réduction des charges d’exploitation qu’a permise une gestion prudente des coûts. Ces facteurs ont été atténués par le recul du résultat d’exploitation.

Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers (« GPSBP »)

À 209 M$, le total du résultat d’exploitation du deuxième trimestre de 2021 s’est renforcé de 29 M$, ou 16 %, sur un an. Pour le semestre, le total du résultat d’exploitation s’est situé à 416 M$, ce qui correspond à une hausse de 29 M$, ou 7,5 %. Ces augmentations ont découlé de la forte progression des volumes associés au solde de la relation globale des clients2, du niveau record3 des activités de courtage en ligne, de l’amélioration des marges sur les prêts et de la composition des produits, ce qui a été annulé en partie par la contraction des marges sur les dépôts par suite des réductions de taux par les banques centrales en 2020. L’augmentation du solde de la relation globale des clients2 a résulté du montant élevé des ventes nettes en ce qui a trait aux fonds d’investissement sous gestion ainsi que de la croissance inégalée3 des prêts garantis par des biens immobiliers.

Nous avons élargi l’ensemble de notre clientèle et celle à l’échelle internationale, car nous investissons toujours dans nos canaux de distribution ainsi que dans des produits compétitifs sur le marché. Nous avons encore fait en sorte qu’il soit plus facile pour nos clients de réaliser leurs transactions bancaires et avons amélioré l’expérience client grâce à des perfectionnements d’ordre numérique, tels qu’une application mobile de clavardage et un processus d’ouverture numérique de comptes destiné à nos clients internationaux qui n’ont pas encore immigré au Canada.

Exclusion faite du premier trimestre de 2012, période où les résultats tenaient compte d’un profit non récurrent, le bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat du trimestre clos le 30 juin 2021 a été d’un montant record4. Pour ces trois mois, ce bénéfice s’est dégagé à 54 M$, ayant monté de 40 M$, ou 286 %, sur un an et pour le semestre, il a été de 91 M$, ayant progressé de 48 M$, ou 112 %. Ces hausses sont essentiellement imputables à l’amélioration du résultat d’exploitation et à une diminution des pertes de crédit attendues. Ces facteurs ont été neutralisés en partie par la montée des charges d’exploitation.

Centre général

Une perte avant la charge d’impôt sur le résultat de 35 M$ a été constatée pour le deuxième trimestre de 2021, ce qui traduit une hausse de 16 M$ en regard de celle du même trimestre de 2020. Pour le semestre, la perte avant la charge d’impôt sur le résultat a été de 49 M$, ayant augmenté de 14 M$ comparativement à celle du semestre correspondant de 2020. Ces augmentations ont découlé essentiellement de la hausse des charges d’exploitation qu’a causée le coût des initiatives visant à favoriser la croissance à venir et la transition vers un modèle de travail hybride ainsi que du repli des autres produits d’exploitation étant donné qu’un profit avait été enregistré un an plus tôt en lien avec l’extinction de la dette associée aux débentures subordonnées qui avaient été rachetées. Ces facteurs ont été annulés par le fait qu’une diminution des coûts associés aux liquidités a permis de hausser les produits d’intérêts nets.

  1. Comparaison du trimestre et du semestre clos le 30 juin 2021 et des périodes correspondantes de l’exercice précédent (sauf indication contraire).
  2. Le solde de la relation globale des clients se compose des soldes des prêts, des dépôts et des comptes de gestion de patrimoine.
  3. Record pour un semestre depuis la formation de GPSBP (antérieurement SBDGP) en tant que secteur d’activité mondial distinct en 2011.
  4. Record pour un trimestre depuis la formation de GPSBP (antérieurement SBDGP) en tant que secteur d’activité mondial distinct en 2011.

(Montants en M$, sauf indication contraire)

Performance et situation financières

 

Trimestre clos le

 

Semestre clos le

 

30 juin 2021

 

30 juin 2020

 

30 juin 2021

 

30 juin 2020

Performance financière de la période

 

 

 

 

 

 

 

Total du résultat d’exploitation

547

 

 

502

 

 

1 076

 

 

1 048

 

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

259

 

 

8

 

 

491

 

 

87

 

Bénéfice attribuable à l’actionnaire ordinaire

179

 

 

(8

)

 

337

 

 

46

 

Variation des pertes de crédit attendues et autres pertes de valeur liées au crédit – reprise/(charge)

40

 

 

(190

)

 

56

 

 

(330

)

Charges d’exploitation

(328

)

 

(304

)

 

(641

)

 

(631

)

Bénéfice de base et dilué par action ordinaire ($)

0,32

 

 

(0,01

)

 

0,61

 

 

0,09

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mesures financières (%)1

 

 

 

 

 

 

 

Rendement des capitaux propres moyens attribuables à l’actionnaire ordinaire

12,6

 

 

(0,6

)

 

11,9

 

 

1,7

 

Rendement de la moyenne des actifs pondérés en fonction des risques2

2,6

 

 

0,1

 

 

2,5

 

 

0,4

 

Ratio d’efficience

60,0

 

 

60,6

 

 

59,6

 

 

60,2

 

Ratio du levier d’exploitation

1,1

 

 

1,9

 

 

1,1

 

 

1,3

 

Marge d’intérêts nette

1,24

 

 

0,93

 

 

1,18

 

 

1,12

 

Variation des pertes de crédit attendues en pourcentage de la moyenne du montant brut des prêts et avances et des acceptations3

s. o.

 

1,13

 

 

s. o.

 

0,99

 

Variation des pertes de crédit attendues sur les prêts et avances et les acceptations de stade 3 en pourcentage de la moyenne du montant brut des prêts et avances et des acceptations

0,02

 

 

0,32

 

 

0,07

 

 

0,27

 

Total de la correction de valeur pour pertes de crédit attendues de stade 3 en pourcentage du montant brut des prêts et avances et des acceptations de stade 3

38,5

 

 

43,6

 

 

38,5

 

 

43,6

 

Sorties du bilan nettes en pourcentage de la moyenne des prêts et avances et des acceptations

0,12

 

 

0,10

 

 

0,09

 

 

0,11

 

Mesures financières et mesures du capital

 

Au

 

30 juin 2021

 

31 déc. 2020

Situation financière à la clôture de la période

 

 

 

Total de l’actif

114 063

 

117 347

Prêts et avances à des clients

65 075

 

61 002

Comptes des clients

70 184

 

71 950

Ratio des prêts et avances à des clients en pourcentage des comptes des clients (%)1

92,7

 

84,8

Capitaux propres attribuables à l’actionnaire ordinaire

5 752

 

5 782

 

 

 

 

Mesures du capital2

 

 

 

Ratio des capitaux propres ordinaires de catégorie 1 (%)

14,0

 

13,7

Ratio du capital de catégorie 1 (%)

16,8

 

16,4

Ratio du capital total (%)

19,4

 

19,0

Ratio de levier (%)

6,1

 

6,0

Actifs pondérés en fonction des risques (M$)

39 265

 

40 014

Ratio de liquidité à court terme (%)4

145

 

188

1 Pour évaluer sa performance, la banque utilise, entre autres, des mesures financières dérivées des résultats qu’elle publie. Or, ces mesures ne sont ni présentées dans les états financiers consolidés ni définies aux termes des Normes internationales d’information financière (les « IFRS »). Elles sont considérées comme non conformes aux principes comptables généralement reconnus (« PCGR »); il est donc improbable qu’elles soient comparables à des mesures semblables présentées par d’autres entreprises. Pour plus d’informations au sujet des mesures non conformes aux PCGR, il y a lieu de se reporter à la rubrique « Utilisation de mesures financières non conformes aux PCGR » du rapport de gestion qui est joint aux états financiers consolidés résumés intermédiaires non audités du trimestre clos le 30 juin 2021.

2 La banque évalue l’adéquation de ses fonds propres en fonction de normes issues des lignes directrices émises par le Bureau du surintendant des institutions financières (le « BSIF ») conformément au cadre d’adéquation des fonds propres de Bâle III.

3 La mention « s. o. » est indiquée lorsque la banque est en position de reprise nette, ce qui donne lieu à un ratio négatif.

4 Le ratio de liquidité à court terme (« LCR ») indiqué dans ce tableau a été calculé à partir des moyennes des chiffres à la clôture de chaque mois du trimestre.

(Montants en M$, sauf les montants par action)

Trimestre clos le

 

Semestre clos le

 

30 juin 2021

 

30 juin 2020

 

30 juin 2021

 

30 juin 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

Produits d’intérêts

446

 

 

530

 

 

897

 

 

1 198

 

Charges d’intérêts

(140

)

 

(281

)

 

(309

)

 

(631

)

Produits d’intérêts nets

306

 

 

249

 

 

588

 

 

567

 

Produits de commissions

221

 

 

198

 

 

446

 

 

399

 

Charges de commissions

(25

)

 

(20

)

 

(54

)

 

(43

)

Produits de commissions nets

196

 

 

178

 

 

392

 

 

356

 

Produits nets tirés des instruments financiers détenus à des fins de transaction

28

 

 

47

 

 

58

 

 

73

 

Variations de la juste valeur des autres instruments financiers obligatoirement évalués à la juste valeur par le biais du résultat net

3

 

 

 

 

3

 

 

 

Profits diminués des pertes liés aux placements financiers

7

 

 

14

 

 

22

 

 

30

 

Autres produits d’exploitation

7

 

 

14

 

 

13

 

 

22

 

Total du résultat d’exploitation

547

 

 

502

 

 

1 076

 

 

1 048

 

Variation des pertes de crédit attendues et autres pertes de valeur liées au crédit – reprise/(charge)

40

 

 

(190

)

 

56

 

 

(330

)

Résultat d’exploitation net

587

 

 

312

 

 

1 132

 

 

718

 

Rémunération et avantages du personnel

(152

)

 

(145

)

 

(311

)

 

(314

)

Charges générales et administratives

(127

)

 

(132

)

 

(255

)

 

(262

)

Amortissement et perte de valeur des immobilisations corporelles

(30

)

 

(17

)

 

(47

)

 

(37

)

Amortissement et perte de valeur des immobilisations incorporelles

(19

)

 

(10

)

 

(28

)

 

(18

)

Total des charges d’exploitation

(328

)

 

(304

)

 

(641

)

 

(631

)

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

259

 

 

8

 

 

491

 

 

87

 

Charge d’impôt sur le résultat

(69

)

 

(3

)

 

(132

)

 

(16

)

Bénéfice de la période

190

 

 

5

 

 

359

 

 

71

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bénéfice attribuable à l’actionnaire ordinaire

179

 

 

(8

)

 

337

 

 

46

 

Bénéfice attribuable au détenteur d’actions privilégiées

11

 

 

13

 

 

22

 

 

25

 

Bénéfice attribuable à l’actionnaire

190

 

 

5

 

 

359

 

 

71

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nombre moyen d’actions ordinaires en circulation (en milliers)

548 668

 

 

548 668

 

 

548 668

 

 

524 217

 

Bénéfice de base et dilué par action ordinaire ($)

0,32

 

 

(0,01

)

 

0,61

 

 

0,09

 

 

Au

(Montants en M$)

30 juin 2021

 

31 déc. 2020

 

 

 

 

ACTIF

 

 

 

Trésorerie et soldes détenus dans les banques centrales

13 404

 

15 750

Effets en cours de compensation auprès d’autres banques

13

 

13

Actifs détenus à des fins de transaction

4 561

 

1 719

Autres actifs financiers devant obligatoirement être évalués à la juste valeur par le biais

du résultat net

15

 

9

Dérivés

3 445

 

5 447

Prêts et avances à des banques

1 188

 

1 270

Prêts et avances à des clients

65 075

 

61 002

Prises en pension à des fins autres que de transaction

5 958

 

5 996

Placements financiers

13 802

 

19 879

Autres actifs

2 489

 

1 430

Paiements anticipés et produits à recevoir

178

 

196

Engagements de clients en contrepartie d’acceptations

3 343

 

4 043

Actifs d’impôt exigible

65

 

28

Immobilisations corporelles

240

 

277

Goodwill et immobilisations incorporelles

165

 

167

Actifs d’impôt différé

122

 

121

Total de l’actif

114 063

 

117 347

 

 

 

 

PASSIF ET CAPITAUX PROPRES

 

 

 

Passif

 

 

 

Dépôts effectués par des banques

1 648

 

1 139

Comptes des clients

70 184

 

71 950

Mises en pension à des fins autres que de transaction

4 658

 

3 227

Effets en transit vers d’autres banques

266

 

181

Passifs détenus à des fins de transaction

3 730

 

1 831

Dérivés

3 575

 

5 647

Titres de créance émis

13 824

 

17 387

Autres passifs

4 248

 

3 097

Acceptations

3 352

 

4 062

Charges à payer et produits différés

364

 

523

Passifs au titre des prestations de retraite

292

 

310

Créances subordonnées

1 011

 

1 011

Provisions

59

 

81

Passifs d’impôt exigible

 

19

Total du passif

107 211

 

110 465

 

 

 

 

Capitaux propres

 

 

 

Actions ordinaires

1 725

 

1 725

Actions privilégiées

1 100

 

1 100

Autres réserves

126

 

249

Résultats non distribués

3 901

 

3 808

Total des capitaux propres

6 852

 

6 882

Total du passif et des capitaux propres

114 063

 

117 347

(Montants en M$)

Trimestre clos le

 

Semestre clos le

 

30 juin 2021

 

30 juin 2020

 

30 juin 2021

 

30 juin 2020

Services aux entreprises

 

 

 

 

 

 

 

Produits d’intérêts nets

142

 

 

131

 

 

269

 

 

288

 

Produits autres que d’intérêts

112

 

 

98

 

 

224

 

 

207

 

Total du résultat d’exploitation

254

 

 

229

 

 

493

 

 

495

 

Variation des charges au titre des pertes de crédit attendues – reprise/(charge)

28

 

 

(147

)

 

36

 

 

(264

)

Résultat d’exploitation net

282

 

 

82

 

 

529

 

 

231

 

Total des charges d’exploitation

(91

)

 

(96

)

 

(187

)

 

(198

)

Bénéfice/(perte) avant la charge d’impôt sur le résultat

191

 

 

(14

)

 

342

 

 

33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Services bancaires internationaux et marchés

 

 

 

 

 

 

 

Produits d’intérêts nets

30

 

 

28

 

 

57

 

 

67

 

Produits autres que d’intérêts

46

 

 

73

 

 

100

 

 

110

 

Total du résultat d’exploitation

76

 

 

101

 

 

157

 

 

177

 

Variation des charges au titre des pertes de crédit attendues – reprise/(charge)

5

 

 

(35

)

 

16

 

 

(49

)

Résultat d’exploitation net

81

 

 

66

 

 

173

 

 

128

 

Total des charges d’exploitation

(32

)

 

(39

)

 

(66

)

 

(82

)

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

49

 

 

27

 

 

107

 

 

46

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers

 

 

 

 

 

 

 

Produits d’intérêts nets

134

 

 

108

 

 

262

 

 

240

 

Produits autres que d’intérêts

75

 

 

72

 

 

154

 

 

147

 

Total du résultat d’exploitation

209

 

 

180

 

 

416

 

 

387

 

Variation des charges au titre des pertes de crédit attendues – reprise/(charge)

7

 

 

(8

)

 

4

 

 

(17

)

Résultat d’exploitation net

216

 

 

172

 

 

420

 

 

370

 

Total des charges d’exploitation

(162

)

 

(158

)

 

(329

)

 

(327

)

Bénéfice avant la charge d’impôt sur le résultat

54

 

 

14

 

 

91

 

 

43

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Centre général

 

 

 

 

 

 

 

Produits d’intérêts nets

 

 

(18

)

 

 

 

(28

)

Produits autres que d’intérêts

8

 

 

10

 

 

10

 

 

17

 

Résultat d’exploitation net/(perte)

8

 

 

(8

)

 

10

 

 

(11

)

Total des charges d’exploitation

(43

)

 

(11

)

 

(59

)

 

(24

)

Bénéfice/(perte) avant la charge d’impôt sur le résultat

(35

)

 

(19

)

 

(49

)

 

(35

)

Renseignements relatifs à la Banque HSBC Canada

La Banque HSBC Canada, filiale de HSBC Holdings plc, est le chef de file des banques internationales au pays. Nous aidons des entreprises et des particuliers partout au Canada à faire des affaires et à gérer leurs finances à l’échelle mondiale par l’entremise de trois secteurs d’activité mondiaux, soit les Services aux entreprises, les Services bancaires internationaux et marchés et Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers.

Le siège social de HSBC Holdings plc, est à Londres, au Royaume-Uni et celle-ci sert des clients du monde entier à partir de ses bureaux répartis dans 64 pays et territoires en Europe, en Asie, dans les Amériques, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Elle est l’un des plus importants établissements de services bancaires et financiers au monde, ses actifs totalisant 2 976 G$ US au 30 juin 2021.

Pour de plus amples renseignements, visitez le site www.hsbc.ca ou suivez-nous sur Twitter : @hsbc_ca ou sur Facebook : @HSBCCanada.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Le présent document renferme des informations prospectives, dont des énoncés concernant les activités et projets futurs de la banque. Ces énoncés se caractérisent par le fait qu’ils ne reposent pas strictement sur des données ou événements passés ou en cours. Des énoncés prospectifs renferment souvent des termes ou expressions comme « prévoir », « estimer », « s’attendre à », « projeter », « avoir l’intention de », « planifier » et « croire », ainsi que des mots ou expressions similaires qui sont employés pour décrire le rendement financier ou opérationnel à venir. De par leur nature même, ces énoncés nous obligent à poser plusieurs hypothèses et sont assujettis à divers risques et incertitudes qui leur sont inhérents et qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux envisagés dans les énoncés prospectifs. Nous prions le lecteur de ne pas se fier indûment à ces énoncés puisque de nombreux facteurs de risque pourraient donner lieu à des résultats réels nettement différents des attentes exprimées par les énoncés. Dans le rapport de gestion figurant dans le Rapport et états financiers annuels 2020, la rubrique « Gestion des risques » décrit les principaux risques auxquels la banque est exposée, risques qui, s’ils ne sont pas gérés comme il se doit, pourraient influer grandement sur ses résultats financiers à venir. Ces risques comprennent les risques de crédit, de gestion du capital, de liquidité et de financement ainsi que de marché, le risque lié à la résilience, le risque de non-conformité à la réglementation, le risque lié aux crimes financiers, le risque lié aux modèles et le risque lié à la caisse de retraite. Les autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent nettement des attentes exprimées par les énoncés prospectifs comprennent la conjoncture économique dans son ensemble et les conditions de marché, les politiques budgétaires et monétaires, les modifications des lois, de la réglementation et de l’approche de supervision, le degré de concurrence et les technologies de rupture, les cybermenaces et l’accès non autorisé aux systèmes, les modifications de nos notations de crédit, le risque lié aux changements climatiques, la transition visant les taux interbancaires offerts (« TIO ») ainsi que d’autres risques comme les changements touchant les normes comptables, les changements de taux d’imposition, les changements de lois et règlements fiscaux et leur interprétation par les autorités fiscales, le risque de fraude de la part d’employés ou d’autres parties, les transactions non autorisées et réalisées par le personnel et l’erreur humaine. Notre capacité à concrétiser nos priorités stratégiques et à gérer de manière proactive les exigences du cadre réglementaire dépend du perfectionnement et de la fidélisation de nos cadres dirigeants et de nos employés les plus performants. Demeurer en mesure de recruter, de perfectionner et de conserver à notre emploi du personnel compétent dans un marché du travail touché par la pandémie de COVID-19 se révèle difficile. Nous surveillons les risques liés aux ressources humaines en veillant à la santé mentale et au bien-être de nos employés, surtout en ces temps de pandémie. Malgré les plans d’urgence que nous avons instaurés afin d’assurer notre résilience advenant des perturbations opérationnelles à la fois prolongées et majeures, notre capacité d’exercer nos activités pourrait souffrir d’une défaillance dans les infrastructures qui soutiennent nos activités et les collectivités avec lesquelles nous faisons des affaires, incluant, sans toutefois s’y limiter, une défaillance provoquée par une urgence de santé publique, une pandémie, une catastrophe écologique ou un acte terroriste. La rubrique « Facteurs susceptibles d’avoir une incidence sur les résultats futurs » du rapport de gestion figurant dans le Rapport et états financiers annuels 2020 renferme une description de ces facteurs de risque. Nous tenons à aviser le lecteur que la liste de facteurs de risque présentée ci-dessus n’est pas exhaustive et qu’il se peut que d’autres incertitudes et facteurs éventuels non mentionnés aux présentes nuisent à nos résultats et à notre situation financière. Tout énoncé prospectif paraissant dans ce document n’est valable qu’en date de celui-ci. Nous ne nous engageons nullement à réviser, à mettre à jour ou à modifier les énoncés prospectifs en raison de nouvelles informations, d’événements ultérieurs ou d’autres circonstances, et nous déclinons expressément toute obligation de le faire, sauf dans la mesure où les lois pertinentes sur les valeurs mobilières nous y contraignent.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *